Flash Info
13/10/2019 A la suite d’une rencontre d’échanges: La C14 espère une implication du Groupe des 5 :
03/10/2019 La C14 réclame une supervision de l’ONU et promet le candidat unique de l’opposition pour les prochaines semaines :
02/10/2019 Politique / La C14 en conférence de presse ce Jeudi à Lomé, pour éclairer la lanterne des journalistes sur les derniers sujets d’actualité et la présidentielle de 2020 et la question de la candidature unique de l’opposition :
01/10/2019 Vie du Parti/ Des candidats FDR de Golfe 5 (Aflao Gakli) aux Locales de Juin dernier ont exploré des pistes d’extension et de redynamisation du parti dans leur commune dimanche dernier :
30/09/2019 La C14 réduite à 6 partis politiques: ADDI a suspendu sa participation aux activités de la Coalition :
Elections locales: 28 Conseillers, 3 Maires et plusieurs adjoints au Maire pour les FDR :        
19/07/2018 Requiem: Les obsèques du Conseiller spécial Me HEGBOR Gahoun Georges auront lieu les 19 et 20 Juillet à Lomé :
24/06/2018 Les FDR sont installées à Bruxelles (Belgique) le 22 Juin 2018 :
02/06/2018 Meeting de la coalition des 14 partis à Djagblé le 02juin à 14h :
22/05/2018 Le Secrétaire à la Communication le Dr GNAGNON est Kampala pour une rencontre de la Fondation Konrad Adeneur :

3 ANS DES FDR: LES MOTS DE ME APEVON AUX MILITANTS ET À LA FAMILLE POLITIQUE DE L’OPPOSITION

*FORCES DEMOCRATIQUES POUR LA REPUBLIQUE (FDR)* *DISCOURS DU PRESIDENT NATIONAL A L’OCCASION DU TROISIEME ANNIVERSAIRE DU PARTI*

 

 

 

SEIGNEUR, pourquoi te tiens-tu éloigné, Pourquoi te caches-tu quand la détresse est là ?

 

Sans honte, le méchant exploite les pauvres ; Les voilà pris grâce à ses machinations.

 

Le méchant se vante de ses ambitions ; en empochant ses gains malhonnêtes,

il maudit le SEIGNEUR, il se moque de lui.

 

Le front haut, le méchant se dit : ‘’Dieu n’exige rien, il en est incapable’’

Voilà toute la pensée du méchant.

 

Il pense :’’Je ne cours aucun risque, je resterai toujours à l’abri du malheur.’’

 

Il n’a que malédictions à la bouche, propos menteurs et violents, sa langue ne produit que malheur et misère

 

Il se tient embusqué près des villages ; en cachette, il assassine l’innocent.

Il ne quitte pas des yeux le faible. Il guette, embusqué comme un lion dans son fourré, il guette le pauvre pour le capturer ; il le capture en l’attirant dans son filet.

 

Sa victime est assommée, vaincue, le faible est tombé en son pouvoir.

 

Et le méchant pense : ‘’Dieu n’y prend pas garde, il ne veut pas le savoir, il ne voit jamais rien

 

SEIGNEUR, debout ! O Dieu, interviens, n’oublie pas les pauvres.

Pourquoi le méchant se moquerait-il de toi en se disant que tu le laisseras faire ?

Toi, tu vois la peine et le tourment du pauvre, tu veilles à prendre en main sa cause. C’est à toi que le faible remet son sort, et c’est toi qui viens au secours de l’orphelin.

 

Brise le pouvoir du méchant sans foi ni loi, si l’on cherche alors le mal qu’il a fait, on ne trouvera plus rien.

 

Le SEIGNEUR est roi pour toujours, les barbares disparaîtront du pays.

 

SEIGNEUR, tu entends les souhaits des humbles, tu leur rends courage.

Tu écoutes avec attention, pour faire droit à l’orphelin, à l’opprimé.

Ainsi personne sur terre ne pourra plus être un tyran.

 

Monsieur le Vice-Président,

Messieurs les Maires et Conseillers,

Mesdames, Messieurs les Membres du Conseil de Direction,

Mesdames, Messieurs les Membres des Bureaux Fédéraux, des Conseils de Préfectures,

Chers Militantes et Militants,

Mesdames, Messieurs,

 

C’est par ce cri de détresse et de supplication adressé au Père Céleste que je voudrais commencer mes propos et vous souhaiter la bienvenue à cette cérémonie qui nous rassemble à l’occasion du troisième anniversaire de notre parti.

 

A la création des F.D.R., je disais il y a trois ans que notre chère patrie, le Togo, est en panne politique chronique par la faute, d’une part, d’un système oligarchique qui s’est incrusté au pouvoir depuis plus de cinquante ans et qui utilise les subterfuges les plus maléfiques et des violences les plus cruelles pour la conservation et la pérennisation de ses acquis, et d’autre part, d’une opposition qui s’est empêtrée dans ses querelles intestines sans fin, oubliant ainsi l’essentiel qui est le rêve de tous nos concitoyens, la réalisation de l’alternance. L’opposition refuse en effet de faire sa propre autocritique pour la redéfinition d’un nouveau type de rapport entre les forces politiques.

 

Et pour illustrer mes propos, j’avais raconté une histoire qu’il me plairait de reprendre aujourd’hui à dessein.

 

C’est l’histoire d’une entreprise qui était sérieusement en difficulté et dont les comptes étaient dans le rouge avec des salariés démotivés.

 

Il était devenu urgent de réagir pour inverser la vapeur. Mais personne ne voulait assumer l’échec et prendre les bonnes décisions, les décisions courageuses.

 

Au contraire, le personnel réclamait des changements, pestait contre la direction et prétendait que de toute manière, il n’y avait pas de perspective de progrès pour l’entreprise.

 

Un jour, alors que tous les collaborateurs arrivaient au travail, on installa un grand panneau sur lequel était écrit :

 

‘’Hier, l’homme qui était responsable de la chute de votre entreprise est décédé. Vous êtes tous conviés à une cérémonie d’adieu dans le réfectoire.’’

 

Au début, tous les salariés furent attristés par l’annonce de la mort de cet homme, mais avec le temps, le sentiment de curiosité prit le dessus sur le chagrin et ils voulurent tous savoir qui était responsable de leurs soucis.

 

L’agitation dans le réfectoire était si grande qu’il fallut appeler la sécurité pour organiser une file d’attente. Alors que l’on s’approchait du cercueil, l’excitation augmentait :’’Qui est donc celui qui a entravé mon progrès dans l’entreprise ?’’

se demandait-on….Encore heureux qu’il soit mort !

 

Un à un, les salariés agités s’approchèrent de la dépouille, faisant mine d’être touchés au plus profond de leur âme.

 

Mais, que trouvèrent-ils dans ce cercueil ? Rien d’autre qu’un miroir. »

 

Un miroir qui rappelait à chacun des salariés sa responsabilité dans le désastre que connaissait l’entreprise.

 

Mesdames, Messieurs,

 

Pour reconnaitre sa part de responsabilité dans l’échec collectif, il faut une bonne dose d’humilité.

 

Cette humilité qui nous permet de tirer leçon de nos erreurs pour mieux appréhender l’avenir est notre crédo au F.D.R. et doit devenir celui de tous ceux qui aspirent au changement.

 

Depuis sa naissance, notre parti a résolument pris l’option d’œuvrer pour l’unité d’action de l’opposition et l’a démontré à plusieurs reprises par sa bonne foi et ses prises de position.

 

C’est ainsi que depuis la création de la C14 après le déclenchement des manifestations du 19 Août 2017, il a ralenti ses activités d’installation de ses structures sur le terrain pour se mettre résolument au service de la coalition.

 

Malheureusement, cette grande mobilisation qui a suscité de l’admiration partout n’a débouché sur aucun résultat. La CEDEAO qui s’est donnée pour mission d’intervenir dans la crise pour lui trouver une solution a été incapable de faire respecter sa propre feuille de route. Impuissance ou complicité ?

 

L’un des facilitateurs qui s’est fait inviter dans la crise togolaise crée a fortiori dans son pays une situation semblable à celle qu’il était censé venir régler au Togo. Ce qui renforce aujourd’hui la thèse de la complicité.

 

 

L’Afrique est réellement malade de ses dirigeants.

 

Mais fort heureusement, certains de ces dirigeants par un respect sacré pour la Constitution de leur pays ont encore le sens du devoir et de l’honneur.

 

Je profite de l’opportunité que m’offre cette journée pour féliciter chaleureusement le Président Mahamadou Issoufou du Niger, Président en exercice de la CEDEAO, pour l’exemple de grandeur qu’il donne à ses pairs africains, non seulement, pour avoir refusé de se laisser entrainer lui-même dans la tentation de la présidence à vie, mais surtout pour avoir engagé un combat contre la tentation des dirigeants dans l’espace CEDEAO à aller au-delà de deux mandats au pouvoir.

 

Après ce dialogue raté qui a laissé un goût amer à la grande majorité de nos compatriotes qui se sentent trahis encore une fois par la CEDEAO, la situation sociopolitique de notre pays se dégrade de jour en jour.

 

Les élections législatives du 20 décembre 2018 se sont déroulées sans la participation de la C14, protagoniste du pouvoir au dialogue, entrainant un boycott cinglant et sans précédent des populations.

 

Et malgré ce désaveu massif, ceux qui ont fait de cette parodie une aubaine, se sont répartis sans vergogne les postes de députés, faisant aujourd’hui de notre assemblée nationale un machin.

 

Les locales qui ont suivi ont apporté la preuve supplémentaire que le système qui nous gouverne malgré nous ne résiste devant aucune ignominie pour conserver le pouvoir. C’est ainsi qu’il a procédé à un recensement volontairement bâclé pour empêcher, je dirai plutôt pour punir, tous ceux qui ne se sont pas recensés à l’occasion des législatives, organisé à l’échelle nationale des bourrages d’urnes constatés dans plusieurs bureaux de vote par le simple fait qu’au dépouillement, des bulletins trouvés dans l’urne deviennent parfois le double du nombre des électeurs inscrits.

Par ce gangstérisme d’Etat, le parti au pouvoir s’est taillé la part du lion en s’octroyant plus des 2/3 des mairies.

 

Chose curieuse et choquante, les grands pays de démocratie, regroupés dans le G5, et dont les pressions ont été déterminantes pour l’organisation de ces élections, n’ont pas bronché, s’accommodant ainsi d’une démocratie de façade, d’une démocratie au rabais.

 

C’est dans le même esprit de tricherie, de non transparence que les tenants du pouvoir se préparent à organiser l’élection présidentielle de 2020 avec des institutions qu’ils ont totalement verrouillées et qui sont à leurs bottes.

 

Le plus pittoresque est qu’ils refusent même de recomposer la Cour Constitutionnelle alors que cette recomposition s’impose à la suite de la récente modification de la Constitution qu’ils ont conduite comme bon leur semblait.

 

Ils sont néanmoins conscients que leur entêtement de tout faire pour arracher vaille que vaille un quatrième mandat est une entreprise périlleuse pour notre pays.

 

En effet, ce quatrième mandat sera de trop et le rejet qu’il provoquera à son annonce doublé des conditions opaques dans lesquelles s’organise l’élection conduiront nécessairement à des contestations.

 

Et c’est probablement pour les réprimer qu’on prépare déjà les esprits par cette affaire ténébreuse de tentative d’insurrection.

 

Mais les Togolais ne sont pas dupes

 

Ceux qui continuent de jouer avec l’avenir de notre chère patrie doivent savoir qu’à trop tirer sur la corde, elle finit par se rompre et que même si leurs plans machiavéliques leur ont réussi jusqu’à présent, il y a toujours, en un moment donné, un Dieu de justice qui intervient pour les opprimés car rien n’est éternel dans ce bas monde.

 

Face aux fossoyeurs de la République, le seul comportement normal que devrait adopter l’opposition est de rester soudée et recréer l’espoir chez nos concitoyens, désabusés et découragés, par la désignation d’un seul candidat pour la représenter dans cette compétition où les conditions de transparence sont loin d’être acquises. Alors comme un bloc, nous mettrons en commun nos moyens matériels et humains pour défier ceux qui cherchent à faire main basse de manière permanente sur les ressources du pays. Nous susciterons ainsi de l’intérêt et de l’enthousiasme tant sur le plan national qu’international.

 

Mais à quoi assistons-nous aujourd’hui ? Des candidats qui poussent comme des champignons au coin de la rue avec la particularité que beaucoup d’entre ces candidats affirment avoir reçu une mission de Dieu.

 

Et comme finalement ils sont nombreux à être appelés pour la même mission, qu’ils demandent au même Dieu de les éclairer afin d’accepter de se soumettre à la procédure qui va déboucher sur le choix d’un candidat unique et qu’ils s’inclinent devant ce choix.

 

 

Chers Militantes et Militants,

 

Au moment de votre libre adhésion au FDR, vous avez volontairement accepté de vous soumettre aux règles qui régissent le parti. Sans le respect de ces règles, sans la discipline indispensable pour notre cohésion, on sera alors dans l’anarchie avec la possibilité pour chacun de faire ce qui lui plait.

 

Nous devons savoir qu’un parti politique n’est pas un champ d’expérimentation des ambitions individuelles au détriment de l’intérêt collectif.

 

Ce qui nous distingue des autres partis et qui fait de nous un parti d’avenir, c’est notre capacité à taire provisoirement nos ambitions partisanes mais légitimes au profit de l’intérêt général. Nous sommes sur le droit chemin.

 

Malheureusement, nous connaissons actuellement une situation qui nous interpelle et qui doit amener le parti à prendre ses responsabilités.

 

En effet, contrairement à notre position tranchée pour la candidature unique, un des nôtres a quitté les rangs pour assouvir ses propres ambitions en se portant candidat. Et dans sa dérive, il cherche à entraîner d’autres en essayant activement de les débaucher pour sa cause perdue d’avance.

 

Le parti ne peut pas accepter ce comportement déviant et prendra dans les prochains jours la décision idoine pour fixer l’opinion nationale et internationale.

 

Militantes et Militants,

 

J’ai commencé mes propos par les lamentations du psaume 10, je vais les terminer par le chant d’espérance du psaume 126.

 

« Quand le SEIGNEUR rétablit Sion, nous pensions rêver.

Nous ne cessions de rire et de lancer des cris de joie.

 

Chez les autres nations on disait : ‘’Le SEIGNEUR a fait beaucoup pour eux’’.

 

Oui le SEIGNEUR a fait beaucoup pour nous, et nous étions tout heureux.

 

SEIGNEUR, rétablis notre situation, comme tu ranimes les ruisseaux asséchés.

 

Celui qui pleure quand il sème criera de joie quand il moissonnera.

 

Il part en pleurant pour jeter la semence ; il reviendra criant de joie chargé de ses gerbes de blé. »

 

Dieu qui est notre bouclier ne nous laissera jamais tomber.

Soyons donc confiants et sereins.

 

Malgré la situation de désespérance actuelle dans le pays, faisons correctement et avec foi notre devoir et confions-Lui le dénouement. Il agira.

 

JOYEUX ANNIVERSAIRE

2019-12-03T21:14:27+00:00 décembre 3rd, 2019|